Un conseil éthique
pour un patrimoine durable

Succession : quels abattements en vigueur ?

La succession est une étape dans la vie d’une famille particulièrement délicate en raison de son origine, la disparition d’un proche.

Elle suscite également la crainte des familles sur les frais et autres coûts que sa réalisation incombe.

Qu'est-ce qu'un abattement ? 

Pour rappel, un abattement est la réduction des sommes imposables. Au moment de la succession, l’abattement est appliqué pour chaque héritier selon son degré de parenté. A ne pas oublier qu’un abattement est un allègement fiscal qui réduit l’assiette imposable d’un patrimoine transmis

Mais que savons-nous réellement des successions, mais surtout des abattements qu’elle applique aux héritiers ?

Quels abattements en vigueur ? 

Le conjoint, la sœur, le fils, neveu, oncle… tout ce petit monde se voit appelés à détenir une partie ou la totalité des biens du défunt selon l’échelon de chacun ainsi que le souhait du défunt qui aurait éventuellement rédiger son testament et donc définis les seuls bénéficiaires de ses biens.

De façon claire et précise, nous vous présentons donc les abattements applicables aux membres de la famille du défunt.                                                                                                                    

Il existe également des abattements spécifiques, qui bénéficie d’abattements importants tel que :

  • Personnes handicapés : 159 325€
  • Autres abattements : 1 594€

 

MONTANT TAXABLE

TAUX APPLICABLE

MONTANT A RETRANCHER

 

Moins de 8 072

5%

0

 

8 072 – 12 109

10%

404

 

12 109 - 15932

15%

1 009

 

15932 – 552 324

20%

1 806

 

552 324 – 902 838

30%

57 038

 

902 838 – 1 805 677

40%

147 322

 

Plus de 1 805 677

45%

237 606

 

 

 

 

 

 

 

MEMBRES DE LA FAMILLE

 

ABATTEMENTS

CONJOINT/ CONJOINTE

 

EXONERATION TOTALE

FILS / FILLES

 

100 000€

SŒURS/FRERES

 

15 932€

PETITS ENFANTS

 

15 934€

NEVEUX/NIECES

 

7 967€

 

 

 

 

 

Une fois l’abattement effectué, chacun peut alors déterminer le taux qui s’appliquera à la situation qui lui est propre.